-14%
Le deal à ne pas rater :
Apple AirPods Pro
239 € 279 €
Voir le deal

Une Vouivre qui découche !

Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Ven 10 Déc - 1:36

[ Château de Couches, le 10 décembre 1458 - Demain je serais la plus belle pour mon invité ! ]

Toute la journée, Sorane avait veillé avec minutie et attention que tout soit paré le lendemain pour recevoir leur invité.
Après tout un homme prêt à faire un don de 200 écus au Duché, pour une inconnue, elle, qui était en voyage et n'avait même pas pu se présenter lors de la vente aux enchères, méritait d'être accueilli avec de grands égards et toute sa reconnaissance.

Le rendez-vous avait été pris lors des festivités du mariage et de l'anoblissement de sa soeur. Elle avait eu peu de temps toutefois pour faire connaissance avec cet homme un brin mystérieux.

Elle avait donc convié pour le lendemain des musiciens, une troupe d'amuseurs et de conteurs, elle avait discuté le menu avec ses cuisiniers et veillé à ce que les ingrédients soit livrés pour mitonner quelques bonnes spécialités...

Finalement, rassurée sur l'accueil réservé à leur invité, elle saisit sa plume favorite, un vélin et laissa couler les mots.


A Charles de Margny,
A mon généreux enchérisseur,

Que cette journée vous soit douce, mais moins que son lendemain,

Ces quelques mots n'ont pour unique raison que de vous confirmer l'invitation pour le lendemain et vous assurer que votre visite à Couches est espérée avec coeur et reconnaissance.

Soyez assuré de notre gratitude, de notre joie et impatience à vous rencontrer.

Que le Très-haut vous garde,

Une Vouivre qui découche ! Signat11
Une Vouivre qui découche ! Sceaup10

Un coursier fut encouragé avec quelques écus d'or à se presser dans la remise du message.

Ensuite, elle passa quelques heures à discuter chiffon avec sa soeur, sa Dame de compagnie, même Léontine accompagnée de Circélia, à laquelle elle présentait des robes et jupes pour qu'elle choisisse avec toute l'expérience de ses quelques mois de vie !

Elle était exigeante subitement, sa garde-robe devenait trop limitée.
Enfin son choix fut fait, plus par dépit et lassitude, bien que ses compagnes la rassuraient à chaque fois sur l'élégance de sa mise... Même Circelia applaudissait et pouffait de plaisir d'avoir une maman qui faisait la poupée !

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 15:50

Une Vouivre qui découche ! Mini_323308avat_MR_0.2

Charles a écrit:
    Telle la corne de brume, l'évasion des paroles d'un homme au bas de sa demeure attirait les oreilles Margnyenne. Le quartier séumurois avait pourtant pour habitude d'un calme plat, tout au plus un chat errant qui viendrait vous perturber vos nuits par ses miaulements incessants, pas même un ivrogne n'osait émettre un sang et aujourd'hui ... Voilà que ça hurle. Que pouvait donc vouloir cet homme à ainsi s'ébranler le gosier à faire réveiller la belle au bois dormant, c'est passablement agacé que le barbu alla à sa rencontre, quittant son bureau et rejoignant la rue.

    Y'a le feu qu'on t'entende nous gerber tes vociférations à travers les rues ?

    Non, non, mon bon seigneur, j'ai une lettre pour vous !

    Que ? Quoi ? Et t'es obligé de brailler à travers tout Sémur ?

    Eh bien, c'est que je ne trouvais plus votre résidence ...

    Et on ne peut aisément poser la question à personne ?

    Ah ?! ... Euh, ... oui ... Mais ... Mais j'ai une bonne excuse, je n'ai croisé personne !

    Un regard à gauche, un regard à droite, la rue était vide. Étonnante situation qu'un homme qui hurle à la mort et pas qu'un péquin ne sorte la tête de son logis.

    Soit ! ... Et donc le courrier ?

    Ah oui ! Une missive de la Vicomtesse de Couches !

    Couches ?!
    Oui, Couches !

    Bien.

    C'est de la part de Dame Sorane de Voiturienvenir

    Tu m'prends pour un imbécile ?

    Non, non mon seigneur !

    Lecture brève et concise, un sourire qui émanait des lèvres lombardes, l'invitation avait tout de chaleureuse et la journée promettait d'être intéressante. Voilà bien deux cents écus parfaitement investit !

    Bon ... Tu diras à la gente Dame qui t'as fait cavalier de ce message, que ma présence lui sera assurée et ceci avec un plaisir certain ! Retiens ça et fiches le camp !


    Ne rester qu'à espérer que le messager ne se soit senti trop houspillé par le Baron et qu'il daigne bien remettre la réponse à la maitresse de Couches. L'impatience viendrait à gagner le brun dans les prochaines heures, car à avoir misé sur la vicomtesse, il espérait bien une chaleureuse rencontre qu'il avait déjà eu l'occasion d'entamer aux noces de la soeur de cette dernière.

    Demain à l'aube, il sera prêt. Il fallait pour cela trouver quelques choses de coquet, il ne pourrait se présenter chez une dame de la moyenne noblesse bourguignonne sans un minimum de classe. L'heure était donc parfaitement venue d'ouvrir à nouveau certaines malles bien rangés au fond d'un des placards de la chambre, sans nul doute, trouvera t-il l'étoffe la plus à même de plaire à la Dame.

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 15:58

Elle avait couru toute la soirée au sein du Château, veillant à ce que les préparatifs pour les festivités du lendemain se déroulent sans encombre...
Couches était décidément un immense et fabuleux Château et ses jambes le lui rappelaient douloureusement.

Hector lui annonça que le coursier était de retour, elle alla donc le rejoindre dans son boudoir où il patientait.
Le coursier semblait un rien nerveux, toutefois, il annonça qu'il avait une réponse orale et il répéta :


"Vicomtesse, il m'a chargé de vous dire que sa présence vous est assurée et avec un certain plaisir !"

Sorane sourit et Hector remit une prime au coursier pour la célérité avec laquelle il avait rempli sa mission.

Tout allait bien, tout était prêt, la journée du lendemain promettait d'être très agréable...
Sorane songea qu'il était l'heure d'aller embrasser sa petite bouille d'amour pour la nuit et elle s'empressa de se rendre à la nurserie, se réjouissant à l'avance des moments qu'elle allait partager avec sa fille.

Elle arriva donc à la nurserie... qui était vide. Étrange, à cette heure-ci, Leontine et Circelia était toujours à la nurserie, Léontine s'occupait de la toilette de la petite et la surveillait.
Le sourire se figea puis laissa place aux marques de l'anxiété.
Sorane courrait presque en sens inverse, cherchant Léontine et Hector, qu'elle appelait, ne manquant pas de demander à tous ceux qui croisaient son chemin s'ils avaient aperçu Leontine avec Circelia.

Hector accourut, averti par les cris ou par les autres domestiques. Sorane s'expliqua immédiatement, essayant de ne pas laisser son angoisse prendre le contrôle de sa voix.


"Hector, Circélia et Leontine ne sont pas dans la nurserie, personne ne semble savoir où elles se trouvent..."

Le ton suraigu employée par la patronne, renseigna facilement Hector sur l'état de panique de sa patronne. Il ne perdit pas de temps, il se rendit immédiatement chez les gardes et ordonna que tous, gardes et domestiques fouillent le château et dépendances, ainsi que les jardins.
Sorane, ne pouvant se résigner à attendre, arpenta elle-aussi les couloirs avec d'autres.

Et c'est alors qu'elle fut avertie peu après que Léontine avait été retrouvée.
Leontine... mais pas Circélia ?

Les dalles de marbre prenaient vie pour s'échapper sous ses pieds, Sorane semblait voler le long couloir qui la séparait encore de la garde d'enfant, tant l'angoisse se faisait pressante, l'envie d'être rassurée aussi.
A son arrivée dans la chambre, elle vit Leontine allongée, blessée, les vêtements et le visage recouverts de boue et de sang. Visiblement, elle avait un entaille sur le cuir chevelu que certains essayaient de nettoyer et de soigner.
Hector était là et la questionnait sans le moindre ménagement...

Leontine en voyant la Vicomtesse, éclata en sanglots, se lançant dans une complainte incompréhensible, entrecoupée de gémissements et de reniflements.
Sorane se glissa près d'elle, essayant de la rassurer et de la calmer, voulant savoir au plus vite tout ce que Leontine savait, refusant de céder à l'envie de la gifler et de la secouer aussi pour enfin savoir où se trouvait sa vie, son amour, son trésor :


"Leontine, calme toi, parle doucement... Que vous est-il arrivé ? Où est Circelia ?"

Et Léontine expliqua entre deux sanglots, à peine plus calme, mais suffisamment pour être comprise :
"Nous.. allions rentrer... juste avant qu'il fasse ... trop sombre... Et je ne sais pas... j'ai du être assommée... un garde m'a trouvée et m'a réveillée, il y avait des pierres autour de moi... Circelia avait disparue."

"Où cela ? Où as-tu été retrouvée... Où a-t-elle été retrouvée ? Qui l'a retrouvée ?"

Hector avait déjà les réponses, et il l'emmena sur les lieux. Près de la chapelle, dont les travaux prenaient fin, juste à côté du chantier, là où les matériaux et le bois étaient entreposés, pas très loin d'un passage vers les sous-terrains du château.

Il faisait nuit, il était difficile d'y voir ou de repérer des traces... Aucun cris de bébé, aucun bruits autres que ceux des personnes qui fouillaient les lieux.
Sorane écoutait les voix de la nuit, elle guettait la moindre son qu'elle aurait reconnu, un pleur, un gémissement, un babillement... En vain.

Hector décida qu'il était inutile d'organiser une battue ou une recherche de nuit, la nuit était trop sombre, la lune se cachait, les traces ou indices resteraient masqués eux-aussi.

Sorane ne voulait pas arrêter, Sorane n'osait pas imaginer son bébé tout seul dans la nuit, dans le froid, loin d'elle... Cette pensée, ce qu'elle jugeait comme un abandon cruel, la faisait frissonner plus que la morsure glacée du vent nocturne.

Hector la traina presque de force à l'intérieur, essayant de la raisonner. Pour finir, comprenant que sa patronne ne devait surtout pas rester inactive, il lui proposa de s'occuper de la préparation et d'appeler des renforts pour la battue, de rédiger des courriers tandis qu'il allait chercher des coursiers en urgence.
Sorane obtempéra, elle n'appela pas Alex Marque son copiste, elle prit sa plume et rédigea plusieurs appels au secours :


D'abord à sa soeur.

Ma tendre soeur,

Circelia a disparue, Leontine a été retrouvée sans connaissance et blessée à la tête.
La nuit nous empêche de trouver des traces ou des indices.
Demain une battue sera organisée. Ma pauvre Circelia, toute seule dans la nuit et le froid, ou capturée par des pendards, mon petit coeur tout seul, comme elle doit avoir peur, faim et froid.
Demain pouvez-vous venir en nombre pour participer à la battue ?

So

Et d'autres courriers similaires suivirent pour ses amis proches, les personnes de confiance, ceux sur lesquels elle savait pouvoir compter. Elle avait totalement oublié son invité et les festivités du lendemain.

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:01

[Le lendemain - Place centrale du Chateau ]

Après une nuit d'insomnies où l'inquiétude l'avait rongée, l'empêchant de se laisser aller dans les bras du beau Morphée, avec tout de même quelques courts instant de somnolence, dont elle émergeait très vite, Sorane se tenait droite sur la selle de sa meilleure monture, sa préférée.
Elle supervisait les préparatifs de la recherche et était prête à accueillir les renforts.
Le jour venait à peine de se lever mais elle avait hâte de partir, d'agir enfin, l'inaction al tuait à petit feu...

Il n'y avait même pas 2 ans que Circelia était dans sa vie et pourtant désormais, elle n'envisageait plus sa vie sans elle...
Elle avait inspectée minutieusement avec Hector le lieu où Leontine avait été retrouvée assommée dès que la lumière du jour fut suffisante.

Des traces bizarres comme celle d'un reptile mais d'une taille inattendue étaient visible ainsi que l'ébauche d'une trace de ce qui semblait être la patte d'un animal, d'un drôle d'animal...
Une pâte à base de farine, d'eau et de sel avait été disposée dans les traces, attendant que les rayons du soleil la dessèche et qu'elle devienne presque aussi dure que de la pierre.

Maintenant quasiment toute la garde couchoise, les domestiques vaillants étaient en train de se préparer. Les chevaux étaient prêts à être monter, les cuisiniers avaient passé la nuit à préparer des vivres qui étaient disposées dans des besaces de cuir.

Elle avait envoyé des appels à l'aide, elle guettait donc la route menant au Château tandis que les préparatifs se préparaient.

Elle avait par contre totalement oublié les festivités initialement prévues et son invité de marque.


[hrp](RP ouvert, vous pouvez considérer avoir reçu un appel à l'aide, mais un petit mp avant pour le signaler, merci.
Si des volontaires sont prêts à jouer des PNJ qui pourront être blessés ou périr dans l'aventure selon les dès, prévenez-moi.)[/hrp]

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:08

Une Vouivre qui découche ! 12355382874ca8e2b5c9bee

Yrysbleue a écrit:[Château de Couches, le 10 décembre 1458]

A peine rentré d’une visite a St Gervais pour organiser leurs installations qu’Yrys reçus le message de sa sœur. Elle pria donc son écuyer de ne pas rentrer comtesse aux écuries mais de la nourrir et la désaltérer elle allait surement repartir très vite. Mais la première des choses rejoindre sa sœur pour en savoir plus.

Sorane ma chère sœur qu’elle histoire qui peut bien faire une chose comme ça Circelia est encore un bébé.

Serrant sa sœur dans ses bras elle écoutait, son esprit travaillait vite la nuit tombait effectivement mais Yrys devait rencontrer une personne qui pourrait lui dire peut être ce qui en était.

Sorane était désespéré on ne saurait en être moins elle prit le visage de sa sœur entre ses mains pour lui parler.


Ecoute moi on va la retrouver saine et sauve, je dois repartir ce soir même, il faut que je rencontre une personne dont je dois taire le nom. Donne moi un vêtement a la petite je vais passer chez le maitre des loups il nous aidera, il le ferra pour nous si c’est moi qui lui demande.
Rentre au château on ne sait jamais…….. Je reviendrais tard dans la nuit surement veux tu bien prévenir mon époux de ne pas s’inquiété pour moi et qu’il reste a tes cotés nul ne peut m’accompagner ou je vais.


Elle embrassa sa sœur abasourdie sur le front, monta dans sa chambre passer une tenue plus approprié, récupéra sa dague et remonta a cheval aussi vite que cela lui était possible.

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:09

Une Vouivre qui découche ! 4785847214d2f37df3c833

Ladyphoenix a écrit:[Château de Dijon, Début de soirée du 10 Décembre]*


Courriers préparés, cire apposée, bureau rangé, passage en revue des différents dossiers en cours que la Substitut du Procureur/Prévôt-adjoint/Lieutenant de police bourguignonne devra traiter le lendemain, et enfin l’heure de rentrer au Moutier pour entamer sa seconde journée de travail était venue.

La Miel souffla donc sur les chandelles, qui s’étaient avérées nécessaires au fil de la tombée de la nuit, alors que le travail de Lady s’était éternisé, et la jeune mère soupira, lasse et fatiguée, avant de se lever. Elle détendit ses muscles endoloris de la position tenue, fit de légers cercles du poignet avec lequel elle avait tenu sa plume, afin de soulager celui-ci, douloureux également.

Elle se rendit ensuite jusqu’à la porte, enfila sa cape, ouvrit la porte de son bureau et redressa son col, saisie par le souffle frais du couloir**(**Christophe Hondelatte sors de ce corps). Elle salua ses collègues encore affairés, ainsi que le garde en faction devant sa porte, tapotant légèrement son épaule pour l’encourager avant sa relève. Elle lui sourit en lui souhaitant une bonne soirée, et traversa les couloirs pour sortir du Château.

Parvenue à la cour pavée, elle fit héler un coche*, afin de la conduire jusqu’au domaine du Moutier, où mari et enfants l’attendaient.




[Domaine du Moutier, Tard dans la soirée – oui, le coche est rapide, on sous-estime souvent cela…]


Les portes du domaine familial franchies, la perspective du feu de cheminée crépitant devant lequel elle pourrait se délasser avant de rejoindre son lit douillet et de s’endormir du sommeil du juste eut comme effet paradoxal de faire sourire la Miel et de lui procurer un sursaut d’énergie.

C’est donc d’un sourire ravi qu’elle remercia la jeune Bertrude, demoiselle recueillie pour palier au manque de ressources de sa famille et qui tenait le rôle de … qui tenait plein de rôles, dont celui de confidente privilégiée auprès de Lady, alors que celle-ci la débarrassait de sa cape.


- Le dîner vous attend, dame Lady. Louis-Victor et Louise-Eugénie dorment paisiblement à l’étage. Quant à Amellia, elle joue encore au salon avec son père, elle semble ravie d’être rentrée du couvent, et profite du plus qu’elle le peut de son tendre papa.

Sourire ému de la Miel, que ses pas emmenaient déjà vers ledit salon et vers l’âtre tant espéré.

- Parfait, Bertrude, merci à toi, tu es un ange, encore une fois. As-tu toi-même dîné ? Sinon, je serais ravie de prendre ce repas tardif en ta compagnie.

Rosissement de la jeune fille et bredouillements bien vite interrompus par Lady, qui balaya ces foutaises d’un sourire tendre :

- S’il-te-plaît, ça me fera plaisir, vraiment.

Hop, gagné, et Lady, sourire ravi lui barrant le visage, de prendre dans ses bras sa fille qui avait couru la rejoindre à son entrée dans la pièce et d’embrasser celle-ci, avant de la reposer délicatement sur le sol.

- Tu m’as l’air bien en forme, ma fille… Mais encore quelques minutes, et tu devras te mettre au lit si tu ne veux pas être une petite fille épuisée demain. Tu imagines si tu ne pouvais pas venir faire cette balade dont je t’avais parlé en ma compagnie demain parce que tes petits yeux adorables seraient trop épuisés pour te faire marcher droit ?


- Mais maman… tenta la petite, je n’ai pas sommeil du tout et… Un baillement et un clignements des yeux traitres vint contredire l’enfant elle-même, qui concéda sans que sa mère eut à le faire le moindre commentaire Bon, d’accord… Cinq minutes, d’accord, Maman ?

Retenant le pouffement de rire qui la gagnait aussi sûrement que la fatigue, Lady se dirigea vers son époux et se blottit dans la douce et tendre alcôve de ses bras. Après quelques instants de ce repos tant agréable que revigorant, Lady redressait la tête et la posait contre l’épaule de son mari, lorsque de larges coups furent tapés à la porte.

Décontenancée, Lady regarda son époux afin de savoir s’il attendait quelque visite, mais devant le léger froncement de sourcils de celui-ci, elle comprit qu’il n’en était rien, et ordonna à Bertrude de conduire la petite à l’étage « et ferme derrière toi, ma fille. N’ouvre qu’à nous ». Raoul, le portier idiot du domaine, choisi spécifiquement pour soulager les envies de la maîtresse de maison de s’en prendre aux portiers de tavernes, fut envoyé voir ce qui se tramait, et il revint quelques instants plus tard, un pli à la main, qu’il tendit à Lady.


- On croirait que vous avez vu que'q fantôme ! Pas d’panique, c’était rien qu’un porteur de message. T’nez c’pour vous, dame Ladyphoenix.
- Un pli, mais de qui ?
- Bah, m’demandez pas, hein, c’est que j’sais pas lire, moué !

Haussement d’épaules de Raoul à qui une Lady agacée et potentiellement dangereuse arrachait bientôt le pli des mains crasseuses, se retenant de ne pas lui décocher une taloche bien sentie.

- Encore heureux pour lui que ses cheveux ressemblent à une paillasse et que je n’ai pas envie d’y coller les doigts, glissa-t-elle à Julien, qui sourit mais ne rit pas, intrigué qu’il était, les yeux rivés sur le vélin tâché.

Revenant bien vite à ces considérations, Lady décacheta ledit pli et en parcourut le contenu. Involontairement, elle avait porté la main à ses lèvres, de stupeur. Sorane mandait son aide, Lady ne la trahirait pas. Elle ordonna à Raoul de seller son cheval, prestement s’il tenait toujours à vivre dans les dix minutes qui suivaient, et oublia par là-même ses réticences à monter un équidé – le Très-Haut soit loué, elle ne faisait plus partie d’un ordre équestre, par sa faute, soit dit en passant, à cause d’un courrier trop sec, et n’avait plus à combattre sa peur au jour le jour.
Elle embrassa Julien, qui venait de finir la lecture de la lettre de Sorane, et l’informa de ses intentions :


- Je file à Couches, mon ange. Sorane a besoin de moi, je ne peux pas lui refuser cela, c’est une catastrophe, tu imagines si c’était Mellia qui avait disparu… Je n’ose même pas y penser ! Elle doit être dans un tel état ! Rejoins-moi une fois tes dispositions prises si tu le souhaites, je pars à l’instant. Je te ferai prévenir de ma bonne arrivée là-bas, je te le promets. Je t’aime.

Lady sortit donc, et prit place sur sa monture, et, oubliant toute fatigue, lança celui-ci au galop, direction Couches.




[Château de Couches, nuit bien avancée]


Enfin parvenue à destination, Lady se dirigea vers les gens du domaine, méfiants, torches brandies pour éclairer leur patrouille et leurs recherches. Elle montra le cachet de la lettre, qui suffit aux gardes pour écarter leurs armes et la laisser continuer sa route vers l’édifice. Les fenêtres éclairées indiquaient à elles-seules que la situation n’était pas rétablie, et Lady pesta, elle qui avait espéré un prompt retour de la fille de son amie.

Elle descendit de monture, lança presque les rênes au palefrenier, et se fit introduire à l’intérieur du château lui-même.

Elle patienta donc, un garde étant parti informer la Vicomtesse de l’arrivée de Ladyphoenix du Moutier,
« oui du Moutier, non, ce n’est pas un titre de noblesse, c’est le nom de famille de mon époux, et, s’il-vous-plaît, faites vite, je m’inquiète pour la Vicomtesse, merci ».


[* Aucune idée de l'endroit où pouvait bien se trouver ma poupée, merci de votre compréhension et de pas m'en tenir rigueur.]

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:10

--Niria. a écrit:[Couches le 10 décembre]

Recroquevillée sous un fauteuil elle regardait entre les pieds du siège les jambes des grands qui allaient de droite à gauche, dans des mouvements affolés. Des éclats de voix fusaient de toutes parts.

Elle était venue à Couches, le grand lit, avec sa mère et Alba, ravie de pouvoir jouer avec la petite fille rousse de la grande rousse.

Elle regardait, les yeux grands ouverts, tremblante, sans faire le moindre bruit, serrant une poupée contre elle. C’est sur, elle allait se faire gronder de de rester cacher comme ça, mais rien, rien ne pourrait la faire sortir de sa cachette après se qu’elle avait vu quand elle explorait le jardin...


Une Vouivre qui découche ! 178906niriacouronne

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:12

Une Vouivre qui découche ! Avatar12

Jusoor a écrit:[Savigny, le 10 décembre]

L'esprit occupé par ce qui se passait dans le Duché voisin, les rumeurs grandissantes, les courriers échangés... Ju ne quittait plus Savigny. Fraîchement placée Capitaine, elle avait fort à faire et chaque jour n'était que découvertes. Ses hommes d'abord, l'Ost dans sa globalité ensuite... un nouveau monde pour celle qui en devenait l'exploratrice*. Rares étaient les occasions où on pouvait apercevoir la Moineaute en dehors de Savigny, si ce n'était le chateau des Ducs.

Assise à sa table de travail, c'est le tout jeune Gontran, fidèle gardien de sa porte, qui la sortit de son labeur, déposant devant elle un vélin. D'une voix hachée, il s'excusa de son intervention.


Capitaine, pardonnez mon intrusion. Mais je n'ai su faire autrement. Paraît-il que cette missive relève de la plus haute urgence et je vous avoue que le regard bouleversé de celui qui me l'a donné n'a pu que me convaincre de vous troubler dans votre travail...

Ju l'interrompit : Soit, je te remercie Gontran. Sans attendre plus elle déroula le parchemin. Au fil de sa lecture, l'incompréhension et l'inquiétude barrèrent l'expression de son visage. Rivant alors son regard qui virait à l'orage dans celui du sentinelle, Ju l'interrogea :

Gontran, l'émissaire est-il toujours ici ? Se disant, Ju s'enroula dans sa cape et sans attendre de réponse poursuivit. Si tel est le cas, fais lui savoir cette réponse : Qu'il aille dire à sa maîtresse que je comprends aisément sa détresse et ses vives inquiétudes. Que je les partage et qu'à l'heure où il lui dira ces mots je serai en chemin. As-tu compris Gontran ? Maintenant, je vais. Si l'on me cherche, je me rends à Couches.

D'un pas sûr qui ne souhaitait pas perdre plus de temps, Ju sortit de son bureau et dévala la volée de marches. Aux écuries, elle constata que son cheval était déja sellé. Une des exigences qu'elle avait eues en arrivant à Savigny.



[*aucune référence à Dora ne sera acceptée. Merci d'avance Wink]

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:14

Une Vouivre qui découche ! 444883avados

Lison.. a écrit:[Couches le 10 décembre]

Lison était Couches farfouillant dans la bibliothèque de Sorane, histoire de se former sur certains sujets qu’elle connaissait encore mal.
Elle avait voulu s’y rendre seule, sachant que Sorane recevait elle ne voulait pas la déranger davantage, lui laisser accès à son antre de connaissances étant déjà fort généreux. Mais c’était sans compter sur le petit regard suppliant de sa fille. Et Lison, sachant combien Niria aimait jouer avec la petite Circélia, avait finalement cédé. Aussi après avoir laissé un mot à Godefroy l’informant de son départ, amené les jumelles et Gaëlen chez sa cousine Tigalia, elle avait pris la route avec la petite toute heureuse et Alba, leur vielle nourrice maure.

Elle était donc plongée dans un traité fort complexe d’économie, lorsque des cris la sortirent de sa concentration. Elle laissa en plan, vélins plumes et ouvrages et se précipita dans l’escalier, le dévalant à toute allure.

Elle trouva Sorane pale, ses gens s’agitant dans tous les sens, affolés.
Rapidement la situation lui fut expliquée et Lison pâlit à son tour.
Elle regarda autour d’elle, les choses s’organisaient petit à petit, les idées fusaient, Sorane écrivait, demandant aide pour une grande battue le lendemain à l’aube. Prenant part à l’agitation, elle faisait de son mieux pour aider, tentant de calmer la pauvre Léontine et de faire courir les coursiers encore plus vite.

Elle allait de droite à gauche lorsqu’elle aperçue la vielle Alba, les joues rosies et le regard angoissé.

Nul besoin de paroles, Lison avait compris. Niria avait encore voulu explorer les jardins, mais cette fois la vielle nourrice n’avait pas été assez rapide. Un frisson lui parcouru le dos et défaillante elle murmura :
Niria…Circélia….

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:15

Une Vouivre qui découche ! 12355382874ca8e2b5c9bee[img][/img]

Yrysbleue a écrit:[Dans la nuit du 10]

Yrys ajusta sa cape et se dirigeât vers la profondeur des bois avant toutes choses le maitre des loups. L'odorat de ses bêtes était la meilleure.

La lune et était presque ronde, elle n’aimait pas spécialement les nuits de pleine lune des tas de choses étranges se produisait, elle resta vigilante, elle n’avait jamais était peureuse parfois même imprudente, mais ce qu’elle ressentait ce soir lui laisser un frisson parcourir son dos.

Soudain comtesse se cabra les loups étaient là mais ou était leur maitre ? Elle avança à la lumière de la lune, retira la capuche de sa cape pour qu’il la reconnaisse.
Il surgit de nulle part devant elle, encerclé par les loups elle descendit de cheval.


Ça fait bien longtemps que tu n’es pas venue ………..

Je sais oui !! Mais c’est ce qui était convenue je viens qu’en cas d’urgence et là…

La louve la plus vieille s’approchât pour la renifler tandis qu’Yrys tendait au maitre le linge de Circelia
La bête fit un bon en arrière et se mis à grogner méchamment. Yrys sursauta jamais elle n’avait vue la louve dans un tel état.


Range ça de suite ce qui ce passe cette nuit dépasse largement ce qu’on a pu t’enseigner
Es tu vraiment prête à l’entendre ?

Je suis là pour ça le temps joue contre nous

C’est une bêtes de la nuit des temps qui est responsable de la disparition de la petite elle la convoite depuis longtemps, ta sœur a trouvé cette enfant devant une église alors qu’elle était destinée a la vouivre.
Bien sur pauvre être humain que nous sommes ne savons rien de tout ça en général et dans sa grande bonté ta sœur a recueilli l’enfant pour en prendre soin, il est logique que la chose veuille la récupérer.
Vous allez être confronté a des choses horrible en lui résistant il va y avoir des pertes d’hommes
Je ne peux t’en dire plus, je ne peux que prier pour vos pauvres âmes.


Je te remercie accepte cette bourse d’écus il faut que je file parler a la gardienne de chèvres en haut des collines

Yrys lui jeta la bourse remonta sur son cheval.

Attend!! lùna va t’accompagner.

Un claquement de doigt il fit signe a la louve de la suivre……………………….

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:16

Une Vouivre qui découche ! Avatar11

Ma chère Sorane,



Je me trouve bien faible dans ses moments d’affliction pour toi, et je suis contrainte de rester alitée quelques jours. Sache que mes pensées sont vers toi et ton enfant disparue.
Ne pouvant venir en personne, j’ai ordonné la mise en attente de tout travail à Dracy, et tous les hommes et femmes volontaires ainsi que toute la garde de Dracy sont en ce moment même en train de se réunir pour vous rejoindre en Couches. Ils participeront à toutes les battues et le commandant se mettra directement sous tes ordres. Ils devraient arriver peu après mon messager.

Mes pensés t’accompagnent à chaque instant mon amie, tiens moi informée je t’en prie. Je sais que vous retrouverez ta fille et que son ravisseur sera durement châtié. J’en suis convaincue et je prie Aristote pour que cela arrive au plus vite.

A bientôt

Breiz.

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:19

Une Vouivre qui découche ! 3561796044d2f69e0c1b60

Chrisfish a écrit:[ le 10 decembre....]


Squattant la demeure de Lison… dans l’attente d’avoir leur chez eux … le jeune couple s’intègre au village… c’est avec plaisir qu’ils prirent en garde la tribu de la cousine lison … les 2 charmantes jumelles et le p’tit gars … s’ajoutant à naïa fille ainée de tig …et du tout dernier né geralt de leur belle union…

Pas le temps de s’ennuyer… la maison vit sous les rires et les cris de joies des p’tits bouts… ça chante …ça rit ..ça joue… après un p’tit dodo de sieste … le quatre heure bien mérité se partage…

Les 3 p’tites princesses s’amusent… courent dans la salle pour échapper au gros méchant loup que se fait un plaisir de faire Chris… elles essayent de fuir … et c’est tout naturellement qu’elles se cachent derrière leur tante ou mère… qui d’une formule magique ..met à terre le méchant temporaire… elles se précipitent sur lui … chatouillis en tout genre …

Au soir tombé … les 5 enfants paisiblement endormis … les 2 amoureux ont plaisir à se retrouver… enlacés l’un à l’autre … échangent sur des sujets simplistes à d’autres plus sérieux… complicité acquise de ses derniers mois … d’un baiser langoureux… la magie de quelques instants … interrompue par un pigeon s’acharnant sur la fenêtre …

Cette missive du soir les inquiète … effectivement les nouvelles ne sont pas très rassurantes … la jeune fille de sorane a disparu…

Son sang ne fait qu’un tour… lui tout jeune père pour la première fois… cette communion de 2 êtres qui par la magie des sens ont créé un être de plus à aimer… preuve d’amour confié par l’eternel… ils n’osent imaginer dans quel état ils seraient eux même…si il s’agissait de naïa ou de geralt…
Leur décision est prise … chris partait à leur aide … engagea la jeune fille d’à coté pour qu’elle puisse aider tig avec tous les marmots…

Chevauchant son fidèle destrier à travers les plaines et forets enneigés … nan pas sans peine ..ne connaissant pas bien encore la région … il trouva enfin le domaine de Sorane … installa son étalon à l’écurie … et pénétra dans le château … salua de la tête certains..distribua quelques poutoux aux demoiselles qu’il connaissait… retira sa cape…se réchauffant autour de l’âtre …s’informant de ce qu’il s’était passé … peu d’éléments … restant discret …

sort un ecu de sa poche …le fait glisser d’un doigt à l’autre assez nerveusement … la pièce tombe à terre … se baissant pour la ramasser … eut un mouvement de recul en voyant sous un des fauteuil ..de grands yeux écarquillés …angoissés… le séant à terre … esquisse un sourire quand il reconnait cette œillade … le fameux regard des franchimont … la plus âgée des p’tite princesse de lison… niria… il la connaissait un peu … avait passé un agréable moment avec elle et la fille de sa douce à jouer dans la neige…. se faufile vers elle tel un serpent … se cogne la tête …


Aiie … « se frotte la tête boudiou … elle est pas bien haute ta cabane ! « sourit peux même pas venir chercher mon poutou … va falloir que tu sortes de la dessous « lui tend une de ses mains

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:20

Une Vouivre qui découche ! 12355382874ca8e2b5c9bee

Yrysbleue a écrit:[La nuit avancée la lune était déjà haute]

Yrys trottait sur comtesse la louve devant légèrement sur sa gauche s’arrêtant de temps à autre en regardant dans sa direction.
Yrys restait vigilante oui mais voila son esprit devait faire un point avant d’arriver chez Léontine la gardienne de chèvres.

Le maitre des loups lui avait dit ce qu’il savait ou croyez savoir car Circelia était bien la fille de sa sœur, comment autant de personnes n’avaient pas fait le rapprochement de la couleur de cheveux ;
Trouver juste au pied d’une église un bébé roux et quand elle sourit on voit sa mère pfffffffff
Décidément les gens ne voient pas grand-chose. Soit, il en est que si une enfant était donnée à la Vouivre elle était née le même jour que Circelia elles avaient donc le même âge, mais qui était elle ?
Sa sœur Sorane avait elle entendu parler d’une enfant abandonner ce même soir et c’est elle servie de l’histoire ou est-ce pure coïncidence ? Tout ça pour pas dévoiler le père ….Yrys commencer à rager au font d’elle-même, si on mesuré toujours l’ampleur que peut prendre un mensonge ou un non dit.
Yrys aurait elle le cœur de raconter tout ça a sa chère sœur les remords pourrait la tuer.


Résume ce que tu sais :
1/ la Vouivre veut un enfant qui lui était promis
2/ il y a deux fillettes du même âge
3/ la vouivre se trompe d’enfant ou prend simplement la plus facile a kidnappé.
4/ou a-t-elle emmené Circelia ?
5/ la tuer oui mais comment ?
Yrys s’arrêta quelques minutes pour faire boire comtesse fouilla sa besace et en sortie un morceau de jambon fumé qu’elle jeta à la louve.

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:21

Une Vouivre qui découche ! Mini_323308avat_MR_0.2

Charles a écrit:
    L'onde douce d'une nouvelle trop vite parsemé de chemin moins vertueux. Lui qui allait à Couches pour retrouver une Vicomtesse, un jour tout juste, au prix coutant, allait se retrouver à battre meute pour retrouver progéniture en perdition. En soit, cela ne changerait pas profondément les habitudes du brun qui aimait se mouvoir à ce jeu, bien que l'intérêt à ce jour était humain et non plus jovial comme lors des sorties à Condé.

    C'est au petit matin, le soleil aux premières lueurs, encore bien inconscient de ce qui se tramait en la vicomté que Charles avait prit route pour se rendre chez la Dona Sorane. Habillé convenablement, à peine plus de fioriture que lors de ses escapades dans la bibliothèque condéenne, il n'était venue que pour elle et c'est bien étrange manifestation qui se jouait aux abords de la demeure de la vicomtesse.

    Quelques galops plus loin, il se retrouvait au devant de la hors de garde qui formait la garde du château de la belle rousse et en prenant à parti l'un des hommes, il lui signifia sa présence.


    Je suis le Baron de Fondi, Charles de Margny ... Ta maitresse doit m'attendre ! Que l'on m'annonce à la Dona !


    Il n'en portait que peu à l'égard de l'agitation qui faisait bon effet dans la cour, son seul désir était de retrouver celle avec qui, il avait signé rendez-vous. Oui, l'italien est un peu radin sur les bords, mais il ne serait pas tel homme en se mettant à devenir trop bon.

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:23

--Niria. a écrit:Elle regardait les jambes, quand elle sursauta, une grosse tête blonde occupant soudain tout son champ de vision.

La grosse tête écarquilla ses gros yeux et se cogna à son refuge, le faisant vaciller. Mouvement rapide de recul, se recroquevillant davantage sur la poupée de chiffons. Pas fermer les yeux, pas faire de bruit, la grosse tête se faufile, il bouge, il bouge comme elle… comme la chose avec Circelia… Un éclair de terreur passa dans le petit regard gris clair.

Elle ouvrit la bouche pour crier, appeler ses parents mais aucun son ne pu en sortir.

Puis la tête blonde parla et sourit. Cette voix, ce sourire, elle les connaissait, elle ne savait plus trop où ni comment, mais savait juste que c’était de bons souvenirs et qu'il fallait pas avoir peur.

Elle se détendit un peu.

A bobo ? A va ?

Elle regarda la main tendue et lui fit un peu de place sous son fauteuil.

Nan, iens toi, ation au poichon, pu voir poichon, Ia pu voir poichon.

Une Vouivre qui découche ! 395827niriacouronne

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:24

Une Vouivre qui découche ! 3561796044d2f69e0c1b60

Chrisfish a écrit:
A bobo ? A va ?


« grimace un peu un peu vi mais j’ai la tête dure rassure toi… « regarde le peu de place sous le fauteuil … marmonne iens iens facile à dire princesse … j’ai un peu grossi ces derniers temps « rampe en essayant d’être un peu plus prés de niria ….position pas très confortable tout de même… la moitié de son buste est dissimulé sous le meuble… remarque que la jeune franchimont est encore inquiète…. encore peu habitué au langage enfantin.. .bien qu’au contact de naïa … à fait quelques progrès … se demande tout d’abord ce que peut être le poichon … poichon ..hannn poisson…

Hein quoi ? ba nan je sens pas le poisson … pi au vu de toutes les chausses qui passent« regarde les navettes des pas des un et des autres c’est plutôt le fromage que ça sent dans ta cabane .. . « rit … ne bouge pas trop pour ne pas se recogner la têteelle est jolie ta p’tite poupée…. Attrape la main de la poupée de chiffon enchanté moi c’est chris … j’suis un copain de niria et naïa « sourit en se voulant rassurant pour le regard de la p’tite filleba alors ..tu m’as pas dit … qu’est ce que tu fabriques cachée ici ? sorane avait plus de lit à t’offrir ?

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Jeu 24 Fév - 16:24

--Niria. a écrit:Niria pencha sa tête et regarda la grosse tête, pourquoi lui parlait-il de fromage ? Elle n’avait pas faim elle. Et puis il n’avait pas l’air très dégourdis à se tortiller comme ça. Les messires aussi ça avaient donc le ventre qui gonfle, et des chapardeurs de bras qui en sortent ?

Niria grimaça, oubliant un instant ce qu’elle avait vu. Elle laissa la grosse tête prendre sa poupée, mais sans la quitter des yeux, le surveillant bien, il semblait avoir faim, pas question qu’il déjeune de son jouet, il était assez gros comme ça en plus.

Mais sans le savoir, la grosse tête avait dis le mot qu’il fallait : « PRINCESSE ». Elle savait bien, elle, qu’elle était une princesse, mais un messire, même trop gros et coincé sous un fauteuil qui le dit, ça c’était bien. Elle dodelina sa tête brune toute fière et pinçant ses petites lèvres et relevant le menton :


Vi, Ia pincesse, Ia zolie. La poichon a pris Chirchelia… pas zolie.

Et d’accompagner ses derniers mots d’un grand mouvement de tête.

Une Vouivre qui découche ! 988001niriacouronne

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Dim 13 Mar - 23:55

Une Vouivre qui découche ! 3561796044d2f69e0c1b60

Chrisfish a écrit:Esquisse un grand sourire quand il voit les mimiques de la jeune demoiselle … pour sur elle avait déjà le charme des Franchimont oui tu es toute jolie … « la voilà qui recommence avec ses histoires de poissons … etonné quand elle prononce le nom de l’enfant disparue …


Qu’est ce que tu as avec les poichons.. heu .. « secoue la tête ..voilà qu’il se met à parler en langage enfantin…. poisson ..c’est bien ça ? « lui rend sa poupée tu as vu circelia ? elle se cache comme toi ? sous un autre fauteuil ?

« s’interrompt pour ne pas abasourdir la ptite puce de questions … bouge légèrement sa posture n’étant pas des plus confortable …




_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Sorane le Dim 13 Mar - 23:55

Circelia, incarné par Sorane a écrit:Une Vouivre qui découche ! Circel10

Peur, elle avait peur, une peur terrible, grande, très grande, plus grande qu'elle, toute minuscule dans cette immense salle sombre. Petite fleur perdue et qui ne comprend pas ce qui se passe.

Elle était avec Tine, elle jouait avec Tine... Tine qui voulait qu'elle rentre, Tine qui la cherchait car elle s'était cachée. Elle complotait avec Didou, sa poupée ; que Tine était drôle à les chercher et elle insistait auprès de Didou pour qu'elle ne dise pas un mot, qu'elle ne rit pas trop fort. Chuuuuutt !

Et là, Tine est tombée et des grands bras bizarres l'ont attrapés et l'ont emmenés, loin de Tine, loin de maman... non pas aller la-bas, fini plus envie de jouer ! Veut juste rentrer, voir maman.
Maman, Maman, vient me chercher.

Les bras bizarre étaient par endroit durs et la Dame qui l'emmenait faisait peur, très peur. C'était pas une dame, pas tout à fait. C'était aussi un poisson, ou un serpent, ou un dragon, oui elle avait vu un dessin de dragon quand maman racontait des histoires, mais pas un vrai dragon, enfin un drôle de dragon et une drôle de dame !
Circé n'en avait jamais vu de pareil encore... Aucun g'and qui ressemble à ça !

La dame a glissé longtemps avec elle, puis elle l'a posée dans une grande salle toute sombre et mouillée, toute mouillée. Pas de meubles pour se cacher dessous ! Juste des trucs qui brillent, tout froid.

Elle est seule, elle a faim, elle froid, elle a peur, très peur, alors même si elle a envie de pleurer, très très fort, elle n'ose pas, de peur que la drôle de dame revienne, elle se retient, elle renifle et serre très fort Didou contre elle...
Elle essaie de la rassurer, parce que Didou aussi peur, très peur...

Faut pas pleurer Didou, Maman va venir ! Tor et Tine aussi ! Faut penser très fort et ils viendront !!

Circé pense très fort, très très fort, le plus fort possible...

_________________
Une Vouivre qui découche ! Essaiu
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une Vouivre qui découche ! Empty Re: Une Vouivre qui découche !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum