Le Deal du moment : -53%
GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Sorane le Dim 22 Aoû - 23:00

Voyant l'enfant s'approcher, Sorane prit les mains de l'enfant et lui expliqua en souriant :

Coucou Gauvain. Aujourd'hui est un grand jour pour toi, tu vas être nommé Seigneur d'un domaine, le domaine de Dracy les Couches. Tu vas t'engager à devenir mon petit chevalier et à me défendre et à m'aider, cela signifie que tu seras mon vassal et moi ta suzeraine.
Comprends tu ce que je veux dire ? Veux tu devenir Seigneur de Dracy les Couches et donc mon vassal ?


Elle restait agenouillée prêt de l'enfant, tenant ses mains, rassurante et attendant sa réponse.
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Invité le Lun 23 Aoû - 13:07

Dire qu'il n'a rien compris, c'est un euphémisme. Il est largué, le mouflet, mais grave. Heureusement, y'a un détail qui l'aide. Tatie Soso lui prends les mains. Et ça, ça veut dire : jouer. Bon, on joue, alors. Mais à quoi? A l'eau avec la bassine? Fait chaud, ça serait une bonne idée.
Regard vers Maman. Maman fait une drôle de bobine. Bon, du coup, il sait encore moins ce qu'il doit faire. Pis tout le monde il le regarde en plus!
Bon, le mieux à faire dans ce cas là, c'est un sourire charmant.


Câlin?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Invité le Lun 23 Aoû - 13:21

Il le veut, oui.

Que pouvait elle dire d'autre?
D'abord inquiète, elle avait attendu que Sorane explique la raison de son manège avec Gauvain. Le courrier adressé à lui et non à sa mère. Leur venue à tous les quatre. Une cérémonie d'anoblissement. Et l'annonce de Sorane. Dracy. Dracy qui revenait à son héritier.

Les idées se bousculaient dans le visage de la rousse, pâle comme la mort. Le dos résolument tourné au blond, son mari. Pour qu'il ne voie pas ses joues perdre leur couleur. Pour qu'il ne comprenne pas l'émotion qui la traverse, pour qu'il ne réalise pas qu'elle est proche de défaillir. Parce que son passé lui saute à nouveau au visage. Sous la forme d'un immense délire multi statuts, un délire où elle avait cuisiné sous les ordres d'un rusé, tué un porc, frotté le cuir de feu son mari, le voyant entièrement nu pour la seule et unique fois de sa vie, rencontré une princesse. Vu le Pi devenir Seigneur au nez et à la barbe des emmerdeurs.

Posant la main sur l'épaule de son fils, elle inspira lentement, essayant de retrouver un calme au moins apparent.


Et il comprend. Il comprendra.

Parce que bon à tout juste deux ans comprendre les liens de vassalité, c'est un peu compliqué. Mais l'enfant comprendrait, oui. Sa mère en ferait son devoir, et cela se lisait sur son visage bouleversé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Sorane le Mer 25 Aoû - 23:57

Sorane sourit à la fois à la mère et à l'enfant. Elle avait remarqué les vagues d'émotions sur le visage de son amie et comme elle pensait en comprendre la raison, elle en partageait également une partie...

A l'invitation de l'enfant, elle répondit avec sourire et soulagement... Oui elle n'avait rien contre un calin, au contraire. Elle le serra donc contre elle et déposa un baiser sur son front, tout en lui répondant :


"Oui mon petit chevalier, avec grand plaisir, j'adore les câlins !"

Et à la mère qui avait répondu à la place de son fils :

"Oui je sais qu'il comprendra et que tu y veilleras."


Elle profita du câlin pour se laisser submerger elle-aussi de souvenirs... de ces souvenirs qui la faisaient souvent rire, et pourtant le père de l'enfant avait su à la fois la faire rire et enrager, sachant être par une mystérieuse alchimie à la fois charmant et dérangeant. Mais la dernière image du Pi lui revint, ce dernier entretien, dans une cave d'une taverne, lui allongé, déjà parti loin de tous... Et elle s'empressa de repousser le souvenir et de reprendre le cour de la cérémonie.

Elle hésita, elle se doutait que Gauvain ne serait pas contre jouer avec l'eau de la bassine, surrement rejoint par Circelia, mais il n'avait nul besoin de purification et de toute façon, il jouerait et serait perturbé pour le reste du rituel. Elle poursuivit donc, toujours agenouillée, caressant les cheveux d'or de l'enfant.


"Cet enfant est aussi pur que l'eau de source, aussi pur que le rayon de soleil matinal. Nul besoin de purification pour lui."

Elle riva son regard dans celui de l'enfant et d'un ton apaisant et rassurant reprit :

"Aujourd'hui, une nouvelle vie pour toi débute, une vie faite essentiellement de devoir et d'abnégation et pour cette renaissance à une vie nouvelle, toi qui est si jeune et qui porte tant de promesses d'avenir, tu devras toujours conserver ton coeur aussi pur qu'en ce jour."

Un geste de la main de Sorane, et Hector s'approcha pour lui présenter son Livre des Vertus. Sorane prit la main de Gauvain et la posa sur le Livre de Vertus.
Elle murmura à l'enfant :
"Laisse ta main sur ce livre, Petit Ange. Nous allons faire un jeu, il faudra répéter ce que je dis à partir du moment où je te ferais un clin d'oeil et le dire bien fort pour que tous entendent ! Et cela jusqu'à ce que je te refasse un clin d'oeil. Après je te promet une belle surprise. "

Elle prit la parole alors.

"Gauvain, jures-tu sur ce Livre des Vertus de t'engager vis à vis de moi, Sorane de Voiturienvenir, en homme libre et sans entrave et de devenir ainsi mon vassal et noble. Et de ne jamais faillir à ce serment que tu vas faire.
Pour cela il faut que tu prononces les paroles suivantes.


Et elle fit un clin d'oeil au courageux bout de chou qui ne quittait pas ses yeux de son regard, pour ne pas risquer de manquer le signal.

"Moi, Gauvain, fils de feu Sire Pignon, Seigneur de Dracy les Couches et de Dame Breiz Edwinson, je jure sur le Livre des Vertus, en homme libre et sans entrave, de vous apporter aide, soutien et conseil à vous, Sorane, que je reconnais comme ma suzeraine et de vous rester fidèle et loyal."

Sorane prit soin de faire des pauses tous les deux ou trois mots, pour laisser le temps à l'enfant de répéter.
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Invité le Ven 27 Aoû - 18:22

Saint-Jean-de-Trézy était attendri par la situation. Pour un peu, il en sangloterait, tiens...
Il attendit la suite.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Invité le Ven 27 Aoû - 21:22

Nan mais elle avait vu la Divine, la Soso, non ? Elle croyait que Gauvain à deux ans tout juste, comprenait réellement qu’il était en train de jurer allégeance pour des terres ayant appartenu à son père, père qu’il n’avait connu que quelques jours lorsqu’il était âgé d’un mois ? La rouquine sourit. Vrai que sa consœur rousse était mère depuis moins longtemps qu’elle, elle devait déjà voir un petit garçon dans Gauvain, là ou Breiz ne voyait qu’un bébé.
Du reste, il en était encore un, et ne comprenait rien d’autre que le fait qu’il allait avoir un calin, mais que avant, ça n’avait pas l’air de rigoler.
La rousse, sa mère pas son seigneur, pose sa main sur celle de l’enfant, l’entourant de son bras d’un geste protecteur et possessif. Mode c’est-mon-fils-à-moi-toi-tu-l’auras-pas-tout-de-suite. Et elle reprit, à la suite de Sorane, le serment vassalique, un peu réarrangé pour être… eh bien, pour être plus logique, dans sa logique de mère hyperprotectrice et d’ex veuve du Pi, qui n’aimait pas qu’on l’entrave.


Moi, Breiz Edwinson, veuve Pignon, mère de Gauvain Héritier du Pi, fils de feu Pignon, Sire de Dracy lès Couches, je jure sur l’Ivre des vertus, en femme libre et sans entraves, de vous apporter aide, soutien et conseil au nom de mon fils à vous, Sorane, que je reconnais comme suzeraine pour mon enfant, qu’il sera élevé pour devenir votre vassal, et vous rester fidèle et loyal, afin qu’il renouvelle ce serment lui-même, à l’âge de sa majorité.

Petit sourire d’excuse vers l’amie. L’essentiel était dit. Gauvain serait le vassal de Sorane dès sa majorité, lorsqu’un serment, un serment compris par l’enfant, serait à nouveau échangé. En attendant, Gauvain serait éduqué pour être celui qu’il allait devenir après son « calin », le petit Seigneur de Dracy les Couches, reconnu comme tel au moins en les terres de Couches.
La rousse rayonnait, ravie de voir la seigneurie si symbolique revenir dans le giron rusé. Même si la Ruse était morte, son esprit survivrait tant que Gauvain vivait dans son enseignement.
La messe était dite.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Milo le Dim 29 Aoû - 21:54

Il fixe la nuque de sa femme, de plus en plus mal à l'aise. C'est que rester à faire le planton ainsi, à attendre on ne sait trop quoi, il déteste. Comme tout ce qui touche à la noblesse, cela dit. Et puis, la rousse qui appelle le petit rouquin, et déclame la vassalité tandis que l'autre rousse, devant lui, se tend. Il le sent lorsque résonne le nom du domaine. Bien qu'elle ne lui en ai rarement parlé, il se doute que ce nom est très important pour sa femme.

Il tend la main gauche pour serrer l'épaule de la jeune femme et se placer derrière elle, écoutant la suite d'une oreille distraite. Montrer qu'il est là, en soutien et en renfort, même si cela doit être totalement inutile. Tiquant comme toujours lorsqu'elle se présente comme la veuve Pignon. Jaloux et coléreux face à ce fantôme qui veut tout dire pour elle, mais qui ne doit plus être qu'un lointain souvenir dans l'esprit des autres. Celui qui lui fait serrer les dents car si elle a été sa veuve, elle ne l'est plus. Mais, comme de coutume, il se tait, crispant peut-être un peu trop sa main sur l'épaule de la rouquine. Spasme qui pourra être attribué aux blessures de cette dernière.
Milo
Milo

Messages : 3
Date d'inscription : 09/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Invité le Mar 31 Aoû - 20:02

Meuh ! C’est trop nul ça ! Maman elle l’empêche de jouer avec tatie Soso et elle lui coupe la parole ! C’trop nul ça d’abord !

Mamaaaaaaaaaan…euh…

En fait non, il faut pas parler. Il le sent, dans la tension de Maman. Quand elle est comme ça, il faut se taire. Se taire, et attendre. Alors, c’est ce qu’il fait, il se tait, et il attend. D’ailleurs, il sent que le grand Milo fait pareil, il se tait, et il attend. Mais il aurait bien aimé jouer avec Soso tout de même !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Sorane le Ven 8 Oct - 22:44

Au final, Sorane avait seulement débuté quelques mots du discours, et à la première pause, au lieu de l'enfant qui avait sa main posée sur le Livre des vertus qu'elle lui présentait, ce fut sa mère qui répondit, obligeant Sorane à relever la tête pour jeter un regard perçant sur son amie.
Elle remarqua aussitôt le geste protecteur et revendicateur maternel et se mordilla la lèvre inférieure pour ne pas montrer son hilarité, visiblement son amie s'était mépris sur ses intentions.
En même temps, en tant que mère, elle ne pouvait que comprendre ce geste. Elle-même était plus que protectrice vis à vis de Circelia et avait même du mal à la laisser à la garde d'enfant qu'elle avait choisie et recrutée.

Au final Breiz donnait raison à l'hérauderie qui avait refusé de valider cet octroi à l'enfant parce que son serment ne pourrait être valide vu qu'il était mineur. Sorane avait voulu tout de même procéder à cet octroi de manière informelle et valable juste sur son domaine, car pour elle, Gauvain était Seigneur de Dracy et nul autre, et elle ne doutait pas de Gauvain, et de sa maman... Mais Breiz avait recadré d'elle-même.

Du coup, elle resta assise au sol pour conserver une bonne hauteur avec Gauvain mais sourit à sa maman. Elle hésita sur la suite du serment, qui allait prendre le coup et recevoir le baiser du coup ?
Elle posa la main sur le Livre de Vertus à la place de celle de l'enfant et déclara à son tour :


"Breiz Edwinson, j'ai bien entendu votre serment au nom de votre fils, Gauvain. A mon tour, je vous fais la promesse de vous apporter, à tout deux, protection, justice et subsistance par l'octroi des terres de Dracy les Couches, tant que vous ne faillirez pas à votre serment."

Elle regarda Gauvain qui avait visiblement voulu protester et ne comprenait pas tout. D'une voix rassurante et enjouée, elle lui expliqua, même si elle savait qu'il n'allait surement pas suivre grand chose :

"Gauvain, en attendant ta majorité, ta quatorzième année, grâce au serment de ta maman, te voilà mon vassal, donc le Seigneur d'un domaine, celui de Dracy les Couches, succédant ainsi à ton père."

Elle saisit alors une petite couronne présentée par Hector et la posa sur la tête de l'enfant. Elle ajouta plus bas :

"C'est bientôt fini, nous pourrons jouer après !"

Elle embrassa alors le front de l'enfant. Puis se releva et fit face à la tutrice et lui tendit un pot de terre.

"Mon amie, reçois un peu de cette terre qui est désormais celle de ton enfant, le Seigneur de Dracy les Couches."


Elle saisit alors la main de l'enfant et le présenta devant tous.

"Je vous présente le nouveau Seigneur de Dracy les Couches, Gauvain !"

Hector lui tendit alors un petit bouclier à la taille de l'enfant, sur lequel est gravé le blason de Dracy les Couches, elle le prit et l'offrit à l'enfant avec un grand sourire:


"Seigneur Gauvain, accepte ce cadeau aux couleurs de ton domaine !"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Invité le Ven 15 Oct - 22:15

Lui, il avait rien compris du tout. Mais alors, rien de rien de rien du tout. Il s'était contenté d'attendre les gestes de Maman pour savoir quoi faire.
Comme cette dernière ne protestait pas, il avait accepté sans broncher le joli chapeau qui brille que Tatie Soso avait mis sur sa tête, même si c'était un peu lourd quand même.
Et puis après, elle lui avait donné un chouette cadeau, un super bouclier tout peindu avec du jaune et du noir et même qu'il y avait des bêtes dessus pour faire peur aux méchants! un ours ça grogne et puis c'est gros grrrrrrrrr!
Il saisit donc son super cadeau et dégaina son épée de bois, qui brandit haut au dessus de lui, grognant tel l'ours pour effrayer les monstres!
C'était sure, avec ça il deviendrait le Champion de Tatie Soso et même qu'il tuerait les vilains si ils l'embêtaient! Et oué!
Qui c'est le plus fort chevalier? C'est Gauvaaaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiin!

Regard vers Maman... On dirait qu'il a comme oublié un truc...


Ma'ci Tatiiiiiiiiiiiiie! Un bisou?

Et déjà les deux bras - ainsi que les dangereux objets de bois à leurs extrémités - se tendent vers le cou de Soso pour un câlin baveux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Sorane le Mar 14 Déc - 3:03

Et comme de coutume, le cérémonial s'acheva par un bisou échangé entre un petit champion téméraire et une suzeraine attendrie.

Se relevant et tenant la main du magnifique Champion Couchois, elle prit alors la mère, son amie, dans ses bras pour partager avec elle l'émotion et la tendresse de l'instant, et se blottir dans cette amitié chaleureuse qui les unissait.

L'instant fut éphémère, mais son souvenir resterait impérissable.

Sorane reprit alors son rôle d'hôtesse, et invita tous les invités présents à aller festoyer et se restaurer, tandis qu'elle écoutait son petit chevalier lui expliquer avec moults gestes guerriers et démonstrations d'agilité tous les hauts faits qu'il allait accomplir avec son nouveau bouclier et son épée !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Sorane
Sorane

Messages : 222
Date d'inscription : 18/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458 - Page 4 Empty Re: Cérémonie d'anoblissement du 1er juillet 1458

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum